Pourquoi calculer le montant des REEE dans notre fond de liberté?

graduation

La majorité des blogueurs avec enfants ne considèrent pas le montant accumulé dans le REEE de leurs enfants dans leur fonds de liberté. Ou du moins pas la partie « subvention et intérêt » car cette somme servira à payer les études des enfants (et non pas à financer notre retraite!). Seules les cotisations reviennent au souscripteur et pourront être utilisées comme on le souhaite. Ça a beaucoup de sens.

Cependant, comme nous l’avons présenté dans notre plan, nous considérons dans notre fonds de liberté « tout inclus » le montant total accumulé dans les REEE de nos trois enfants. Sommes-nous fous?

Tout d’abord un peu de mise en contexte.

Qu’est-ce que le REEE?

Le Régime Enregistré d’Épargne Étude est détaillé dans la version somnifère officielle (qui reste la source d’information la plus fiable!), ou encore mieux articulé par Retraite 101 dans son article « Le REEE pour les nuls« .

En ultra-résumé, ce compte (qui peut contenir ce que vous voulez, fonds communs, FNB, actions ou obligations, etc.) permet de verser 2500$ par année par enfant. Pour maximiser les subventions gouvernementales (20% au fédéral et 10% au provincial), nous pouvons cotiser un maximum de 36 000$, soit sur environ 14 ans. On peut verser des cotisations jusqu’à 50 000$, mais une fois le maximum de subvention atteinte, j’y vois moins d’intérêt.

Au final, ce compte contiendra (pour chaque enfant):

  • 36 000$ de cotisations
  • 10 800$ de subventions (7200$ du fédéral et 3600$ du provincial)
  • 46 000$ environ d’intérêt (supposant un rendement de 6% annuellement)
Calcul simplifié d’un REEE maximisé
AnnéeCotisationSubventionRendementTotal
0$2 500,00$750,00$0,00$3 250,00
1$2 500,00$750,00$195,00$6 695,00
2$2 500,00$750,00$401,70$10 346,70
3$2 500,00$750,00$620,80$14 217,50
4$2 500,00$750,00$853,05$18 320,55
5$2 500,00$750,00$1 099,23$22 669,79
6$2 500,00$750,00$1 360,19$27 279,97
7$2 500,00$750,00$1 636,80$32 166,77
8$2 500,00$750,00$1 930,01$37 346,78
9$2 500,00$750,00$2 240,81$42 837,58
10$2 500,00$750,00$2 570,26$48 657,84
11$2 500,00$750,00$2 919,47$54 827,31
12$2 500,00$750,00$3 289,64$61 366,95
13$2 500,00$750,00$3 682,02$68 298,96
14$1 000,00$300,00$4 097,94$73 696,90
15$0,00$0,00$4 421,81$78 118,72
16$0,00$0,00$4 687,12$82 805,84
17$0,00$0,00$4 968,35$87 774,19
18$0,00$0,00$5 266,45$93 040,64
Total$36 000,00$10 800,00$46 240,64
Valeur d’un REEE si nous maximisons la contribution de 2500$ par année

Les subventions et intérêts (donc une coquette somme de 56k$!) seront versés au nom de l’enfant en PAE (paiement d’aide aux études). Idéalement on les sortira sur quelques années afin d’amenuiser la facture fiscale (si on peut rester en bas du montant annuel où l’on ne paie pas d’impôt, c’est l’idéal!). Nous pourrons ensuite retirer nos 36 000$ de cotisation et en faire ce que nous voulons.

Mais alors, pourquoi inclure ce montant dans NOTRE fonds de liberté?

Nous partons du principe suivant: que le REEE existe ou pas, est-ce que nous supporterons nos enfants dans leurs études, afin de leur permettre d’étudier ce qu’ils veulent et de commencer leur carrière sans dettes d’étude?

Notre réponse: Oui!

C’est ce que mes parents ont fait pour moi sans n’avoir rien planifié. Ils n’avaient pas cotisé au REEE, mais l’idée était la suivante: tant qu’ils le pouvaient, ils allaient continuer à m’offrir logis et nourriture, ainsi qu’à payer les frais de scolarité, les livres et le matériel requis pour mes études. Ce qui implique que je m’occupais de mes « autres dépenses » en essayant de devenir un adulte responsable. Mes parents ont trouvé les fonds nécessaires à ce moment dans les « dépenses courantes » puisqu’ils n’avaient pas d’économies spécifiques pour nos études.

Résultat? J’ai pu obtenir mon baccalauréat sans dette d’étude et en apprenant tranquillement à gérer mes finances pour mes sorties et loisirs (en travaillant l’été). Je n’avais pas à travailler pendant les sessions scolaires afin de pouvoir me concentrer sur mes études (bah, on reste étudiant tout de même, la vie était belle et pas tout le temps bien concentrée sur mes études 😉

Je trouve que le plan est bon. Je me vois payer les études de mes enfants de la même façon. Pas en leur donnant aveuglément le montant du REEE accumulé à leur nom, mais en les supportant pour payer toutes leurs dépenses « de base » tant qu’ils sont aux études. Le reste du montant (s’il en reste) restera en économie. Pour nous? En don à nos enfants? Rendus là, nous ferons le choix, mais ça restera dans le fonds de liberté « tout inclus » de la famille, en prenant des décisions familiales à ce moment.

Maximiser son DDE

Il y aura fort probablement trop d’argent dans les REEE pour seulement payer les études de nos 3 enfants (à moins qu’ils ne fassent de longues et/ou coûteuses études). Alors, pourquoi cotiser au maximum tout de même si on pense que ça sera trop pour notre utilisation prévue?

Parce qu’à la base, l’idée est de maximiser notre DDE, notre « Dollar Disponible pour l’Épargne » (ne cherchez pas sur Internet, ça vient d’être inventé!).

La décision de mettre nos économies dans le REEE, le CELI, le REER, l’hypothèque, dans notre compte de banque ou sous le matelas n’est pas prise selon l’utilisation prévue de chacun. Nous essayons plutôt de déposer chaque DDE dans le véhicule qui nous rapporte, familialement et fiscalement parlant, le meilleur rendement.

Si nos enfants font des études postsecondaires évidemment, le REEE reste le meilleur véhicule de placement à cause des subventions. Le choix est alors simple, on y met le maximum! Et comme ce choix est dans l’optique d’avoir le plus gros avoir net pour être un jour libre financièrement… bien alors, on l’inclut dans notre pactole (en considérant que nous y ferons des retraits!).

Au final, que l’on considère ou pas les REEE dans le calcul du fond de liberté, en tout ou en partie, l’important est d’être à l’aise avec sa décision et l’impact qu’elle aura sur ses projections.

Vous êtes bien libres de faire comme vous voulez!

Commentaires

  1. Retraite101 a dit :

    La « version somnifère officielle » et le « Dollar Disponible pour l’Épargne »… j’adore ces termes 🙂

    Voici mon point de vue à ce sujet :

    Qu’il existe ou non un Régime Enregistré d’Épargne Étude, nous allons nous aussi payer les études de nos enfants. Du moment que l’on décide de payer les études, ce montant fait donc partie de nos dépenses annuelles futures. Pour atteindre l’indépendance financière, il faut multiplier les dépenses annuelles prévues à la retraite par 25 ou 30, selon le choix (« FIRE number » avec retrait de 4 % ou 3,33 % pour les plus conservateurs de ce monde). Ainsi, si les frais d’études font partie des dépenses annuelles et ainsi du calcul du « FIRE number », alors il faut être cohérent et inclure le REEE dans son bilan / actif net. Je sais que mon point de vue ne fait pas l’unanimité, le tien non plus probablement. Mais comme tu le mentionnes, l’important est de comprendre l’impact de sa décision sur ses projections financières… 😉

    Au plaisir,
    R101

    1. Exactement! Toujours bien vulgarisé Retraite101!

      C’est un des défis je trouve dans les projections financières avec des enfants. Il peut être plus difficile d’évaluer le coût des dépenses annuelles qui ne seront certainement pas fixes au long du parcours (j’ai une carte d’affaires d’un orthodontiste sur le frigo pour ma 2e, ça risque de modifier notre capacité d’épargne dans les prochaines années!). Les études futures des enfants font partie de l’équation complexe, mais les REEE donnent dans tous les cas un sacré coup de pouce avec les subventions pour « gonfler » nos économies.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *